Thomas Leclere

Thomas Leclere est un artiste plasticien, styliste et compositeur de musique électronique vivant à Paris pour ses études d'arts plastiques à la Sorbonne. Né à Reims, il regarde, contemple le travail de ses aînés et, très vite, il éprouve le besoin, "la nécessité absolue", de créer à son tour, de maîtriser cette expression. Il en exprime avec sensibilité le processus : "C'est une sorte de magie. Il y a l'Envie, la créativité, ainsi que le Rituel et surtout la technique." Artiste multidisciplinaire, c'est en faisant vibrer différentes matières avec ses compositions musicales électroniques que Thomas Leclere rend visible son expression musicale en photos, vidéos et sur toiles lors de ses expositions et de ses performances live. Son travail tisse des liens entre le son et la forme.

Pragma Enigma 

Thomas distingue deux aspects de sa vision de l'art, d'un côté les forces vibratoires invisibles, et de l'autre les diverses manifestations visibles et tangibles de ses forces. Le caractère duel du Pragma Enigma représente la nécessité d'exprimer des idées que la pensée rationnelle ne peut pas construire et dont nous avons l'intuition ou le sentiment artistique. Créant un espace mythique entre nuit et jour, là où peut commencer l'engendrement des forces opposées donc complémentaires.

L'engendrement d'une énergie traversant les ténèbres dans le but de s'illuminer, engendrer, inventer, rayonner à travers sa propre intuition dans des structures mathématiques cycliques communes à tous les arts. Cette dichotomie symbolise l'information passant de l'inconscient au conscient, du son à la forme, du chaos à l'ordre, de l'instinct à la raison, des ténèbres à la lumière. 

 

L'idée est de construire des formes vivantes et visibles dans la matière grace à l'improvisation, la composition musicale. La vibration est une cause, la forme sa conséquence. Tout vibre, même ce qui nous paraît figé. Présentant l'étude des vibrations sonores visibles "Cymatique" ( étude de vague ) comme étant le point convergent de l'oeuvre dans sa totalité, exprimant ainsi l'unité de la vie. Dans ce processus, le principe visible n'a pas de raison d'être construit sans l'esprit musical, qui justement, réside dans les fondements de la forme. 

L'atmosphère musicale est organique, feutré, superposant des synthés analogiques, des percussions, des enregistrements extérieurs et des voix. C'est l'expérience du sensible. Plongeant l'auditeur dans un espace où il est libre de se placer. On peut y entendre des textures sonores de toutes sortes.

Processus 

L’objectif de cette recherche sur la vibration est d’obtenir une oeuvre totale où nos différents sens communiquent en un même temps donné, interagissant et créant des liens entre la composition musicale et la forme visible / tangible, mais également entre l'émotion et les mathématiques qui s'en dégage. La musique prend le rôle de démiurge, sculptant des géométries, des symboles par les espaces de vide, par son «chant» vibratoire.

Le procédé de composition musicale incarne cette discussion entre instinct et raison. C'est une fusion entre une expression improvisée et des structures mathématiques construite rationnellement, que j'inclus à la base même de mon processus d'expression. Les mathématiques permettent de construire des lignes dynamiques, des moteurs poétiques / analogiques, dans lesquelles je vais m'exprimer musicalement jusqu'à l'accident, une parfaite erreur, qui, finalement, permet à l'univers de s'exprimer au mieux, au plus proche de son état fondamental, telle qui se présente à moi, à savoir une illusion de hasard et de chaos qui sont en réalité des lois vibratoires méconnues mais bien organisées, même " trop " bien organisées pour notre pensée, créant la vie telle que nous la percevons, et bien plus encore, régler comme du papier à musique. 

Toutes choses perçues par notre odorat, nos papilles, notre toucher, nos yeux et nos oreilles sont des longueurs d’onde. Celles-ci sont à la fois communes et particulières à chacun de ses récepteurs, tous à une hauteur de fréquence différente. Les émotions émises et les sentiments perçus par chacun de nos sens sont différents par leurs propriétés physiques mais restent la même énergie fondamentale, la vibration, l'onde. 

 

Il y a comme une diagonale liante nos perceptions, toutes sortes d’art, cette ligne commune étant le sentiment, l’émotion et la résonance produite par la perception d’une onde. Nos goûts peuvent différer, mais les sentiments perçus et les émotions émises par ses différents types d’art ne changent en aucun point d’une personne à une autre, autrement dit tout le monde aime de la même manière des phénomènes a priori différent les uns des autres, différencier par le regard et l’importance qu’ont leurs portes, valoriser par la fusion plus ou moins satisfaisante d'une résonance entre nos fréquences internes et celle que l'on reçoit.

 

La seule oeuvre est, à mon sens, celle qui dans un même moment et un même espace est à la fois visible, sonore, parfumée, goûtu, matériel, mental et spirituel.   

 

La matière qui nous entoure étant formé par effet vibratoire, chaque phénomène existant est, à mon sens, une oeuvre par sa présence, son existence, qu’elle soit douce ou puissante, positive ou négative, tous ces termes désignant des caractéristiques liées à des échelles, des points de vue ayant pour origine une même force physique, la vibration.

 

Ce qui m'amène à la question suivante : Pouvons-nous connaître et exercer une chose dont nous sommes l’objet, qui existerait depuis toujours et est constant, sans passer par une résolution métaphysique anthropomorphique, qui, en tentant de se dissocier de la nature, fait face au concret ? 

L'univers est un système mental. Les inverses lui donnent naissance. Nous sommes tous les mêmes personnes dans nos fondements. Rien ne peut être différent. Tout est parfait. Il y a deux réalités opposées, ce que vous voyez et attrapez, puis l'autre. L'illusion est courbe, mais les réalités sont fragmentées, résultante du chemin que le regard emprunte.

On trouve l'idée de double réalité dépassant nos capacités de perception à travers la mécanique quantique, l'une s'imposant quand on la regarde et l'autre s'échappant en se démultipliant quand le regard n'est pas là pour voir le sujet. Les constituants de l'Univers lui-même semblent être programmés pour jouer des tours à notre regard. Ou aussi la théorie des cordes qui, selon la théorie, démontrerait que dans les atomes, se trouvent des quarks, et dans les quarks, des cordes vibrantes. Vibrations qui dessinent et sculpte dans la matière par des zones de vide, ces zones invisibles n'étant pas vides en réalité mais un vaste champ vibratoire, une forme d'énergie et de matière dites "sombre". Mais qu'elle est donc cette musique, ces ondes, ces émotions, à l'origine des diverses formes de vie ( la quasi-totalité étant inconnue ) de l'Univers ? Voilà une des questions centrale dans ce processus. L'idée est de rechercher des formes de vie existante mais encore inconnues, à travers les multitudes d'ondes qui elles sont universelles, constantes dans l'Univers.